Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Charte du Site

Ce Blog est un lieu de discussion et de débat ouvert à tous.

En déposant des réactions sur les différents articles ou commentaires des autres internautes, chacun apporte sa pierre au débat citoyen. Vous pouvez proposer vos articles par le biais du mail :

harki45@gmail.com

Une fois validé par l’équipe Mon Harki.com, l'article sera mis en ligne dans la catégorie appropriée et le débat que vous souhaitez initier pourra commencer. Tout article publié sur le site demeure sous l'entière responsabilité de son auteur et ses prises de positions n'engagent que lui. Cette prise de position est publique.

Pour être publié, un article doit être signé et ne peut donc pas être anonyme. Garant de la bonne tenue du blog, le modérateur veille au respect des thèmes abordés et se réserve le cas échéant le droit de ne pas publier un article. Les propos doivent se tenir dans la courtoisie et le respect mutuel. Donc apprenez à participer et à partager, l’intérêt d’un blog n’est pas de simplement de le lire, il s’enrichit aussi des interventions de la communauté y compris de vous !

Aux amis, même si vous n’êtes pas sûrs de votre français, allez au-delà de vos appréhension… vous êtes les bienvenus chez nous. Pour conclure, ne reprochez pas au gestionnaire du blog, le comportement des participants. Ne reprochez pas aux rédacteurs du blog de ne pas répondre à vos questions, rien ne les y oblige. L’équipe vous remercie et vous souhaite bon débat.

Nos objectifs et nos actions : Faire connaître officiellement l’histoire des Harkis trop longtemps occultée et falsifiée. Faire reconnaître les conditions de l’arrivée en métropole des Harkis et leurs familles. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance officielle de la responsabilité du gouvernement de 1962. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance morale de cette communauté sacrifiée et la réparation effective du préjudice subi

Pour devenir membre éditeur !

Vous avez un blog ou un site personnel. Vous êtes d'accord avec les objectifs du site Mon Harki.com et vous souhaitez participer à ses articles. Envoyez un mail en indiquant l'adresse et le nom de votre blog ou de votre site personnel ainsi que votre nom ou pseudo, puis après accord des membres du site nous officialiserons votre adhésion.

Emmanuel Macron représente-il une chance pour les Harkis ?

Les Harkis avaient dû attendre 2012 pour que le président Sarkozy reconnaisse la « responsabilité » de la France dans « l'abandon », quelques jours avant sa défaite à l'élection présidentielle. En septembre 2016, le président Hollande avait formellement reconnu « les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis ».

De nombreuses questions interpellent les harkis qui attendront des réponses adaptées aux problèmes de leur quotidien. Emmanuel Macron peut-il « réconcilier les mémoires » de la guerre d’Algérie ?

*******************************************************

Veuillez trouver ci-après une pétition. Signez la pétition

Publié par L'équipe Mon harki.com


Rappel des faits lors de l’année 1987 à Orléans dans le Loiret.


Après avoir lutté sous le drapeaux français pendant la guerre d’Algérie, ils ont dû quitter la terre de leur aïeux au moment de l’indépendance. Marginalisés par un camp comme par l’autre, ils ont toujours eu des bleus à l’âme.


Aujourd’hui, les enfants de harkis ont du mal sur le marché du travail, et dans le Loiret comme ailleurs, les enfants de harkis lancent un nouvel appel au secours.


Un jour de janvier 1987, 2ID-Harkis du Loiret, a choisi d’entraîner les jeunes sur le sentier de l’intégration par le travail, sans rien renier de leurs origines.


L’association 2ID-Harkis du Loiret a vu le jour officiellement à la préfecture du Loiret par l’initiative de quelques uns.


Manifestation en 1987 devant la préfecture du Loiret.


Dans le Loiret, en 1963, la préfecture du Loiret recense 146 familles de premières génération. Peu parlant, il est plus intéressant de savoir que sur une population totale de 1050 personnes première et seconde génération confondues, on dénombrait, fin novembre 1987, 303 demandeurs d’emploi pour mesurer l’ampleur des problèmes dans un département somme tout peu peuplés en harkis.


Les jeunes surtout sont touchés par l’inactivité. C’est pour cela que l’association sous l’impulsion de jeunes de la deuxième génération et avec l’appui des anciens, une structure est née. Le but : permettre à tous, les harkis de parler d’une seule voix pour faire entendre leurs revendications, afin de devenir un groupe de pression.


Aujourd’hui, au lieu de ça, depuis 1962, les harkis et leurs enfants se sont regroupés en plus de 500 associations un peu partout en France. Elles ne se sont jamais entendus. Tenaillées qu’elles ont toujours été par des problèmes de divergences politiques ou d’ambitions personnelles.


A l’époque, les jeunes étaient plus réaliste que les anciens, qui, pour beaucoup, étaient analphabètes, et que ces jeunes rêvaient de fédérer un vrai mouvement national et qu’il n’est toujours pas trop tard pour le faire. A Orléans, en 1987, l’association 2ID-Harkis du Loiret avait commencé à prendre des contacts à Dreux, Tours, Bourges, Blois, Vierzon et Château-renault ou les harkis sont très nombreux.



A Orléans, plus exactement Semoy, la cité d’urgence de l’Herveline, avait été construite en 1962 pour cinq ans : elle n’a été détruite qu’en 1978. Les jeunes qui y ont grandi sont moins résignés que leurs pères. Ils préfèrent oublier leur malaise en s’intégrant tête baissée dans le monde du travail, s’ils le peuvent. En 1987, c’était un des paris de l’association 2ID-Harkis du Loiret, de mobiliser tous ces jeunes, pour faire valoir leurs droits par le biais associatif et administratif.


Témoignage pris en 1987 :


Latifa, elle avait 17 ans en 1987 et avait dit : je suis plutôt sceptique. Ses études d’action commerciale marchent bien, elle bénéficie d’une bourse et espère décrocher un BTS. Pourtant, elle ne se sent que presque française. Dans la vie de tous les jours, elle se sent parfaitement intégrée, mais par ce que ses parents on vécu. Mais sa sœur Fatia, 26 ans en 1987, pense que Latifa se sentira moins intégrée lorsqu’elle devra chercher un travail et un logement. Malgré le statut d’enfant de harki…

 

Ci-dessous un témoignage pris en 2008 :


Le vendredi 7 novembre nous avons rencontré Ahmed N, ancien harki, qui nous dit être résigné par rapport à son histoire et ce que subit ses enfants aujourd’hui. Pour lui, plus rien ne changera. Tout simplement, il demande et aimerait au moins que ses enfants vivent plus heureux que lui.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

TCHEQUE 19/11/2008 20:10

Nous avons vécus une terrible et tragique Histoire,nos parents ont souffert le calvair ,ils ont été marqués à jamais pour toute leurs vies par cette guerre,mais je trouve que les enfants nés ici en France sont indignes de leurs parents.

daas 15/11/2008 19:19

bjr,en faite les enfants de ma génération on oublierou ils ont honte,et ils se caches ,je ne lé juges pas car c'est pas facile de vivre avec ce passé sur nos epaules mais c dommages

momo 15/11/2008 15:29

Je suis tout à fait d'accord,avec votre commentaire,mais je crois que malheureusement les enfants de Harkis au sens vrai du terme,c'est une race en voie de disparation.Ils ont été à l'école ,mais  cela ne leur sert à rien,ils sont méme pas foutus de réagir en s'interressant à l'Histoire de leurs parents ou de faire un commentaire ,ce sont vraiment des bons à rien pour la plus-parts.

daas 15/11/2008 10:11

bjr,je croit que si nous le enfants nous ne perdurons pas la mémoire de nos parents l'atat français fera comme avec les poilus de la 1er guerre ,c'est a dire qu dés que le dernier harkis  mourra ,ils seron mis aux oubliettes et nous aussi la premiere genération