Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Charte du Site

Ce Blog est un lieu de discussion et de débat ouvert à tous.

En déposant des réactions sur les différents articles ou commentaires des autres internautes, chacun apporte sa pierre au débat citoyen. Vous pouvez proposer vos articles par le biais du mail :

harki45@gmail.com

Une fois validé par l’équipe Mon Harki.com, l'article sera mis en ligne dans la catégorie appropriée et le débat que vous souhaitez initier pourra commencer. Tout article publié sur le site demeure sous l'entière responsabilité de son auteur et ses prises de positions n'engagent que lui. Cette prise de position est publique.

Pour être publié, un article doit être signé et ne peut donc pas être anonyme. Garant de la bonne tenue du blog, le modérateur veille au respect des thèmes abordés et se réserve le cas échéant le droit de ne pas publier un article. Les propos doivent se tenir dans la courtoisie et le respect mutuel. Donc apprenez à participer et à partager, l’intérêt d’un blog n’est pas de simplement de le lire, il s’enrichit aussi des interventions de la communauté y compris de vous !

Aux amis, même si vous n’êtes pas sûrs de votre français, allez au-delà de vos appréhension… vous êtes les bienvenus chez nous. Pour conclure, ne reprochez pas au gestionnaire du blog, le comportement des participants. Ne reprochez pas aux rédacteurs du blog de ne pas répondre à vos questions, rien ne les y oblige. L’équipe vous remercie et vous souhaite bon débat.

Nos objectifs et nos actions : Faire connaître officiellement l’histoire des Harkis trop longtemps occultée et falsifiée. Faire reconnaître les conditions de l’arrivée en métropole des Harkis et leurs familles. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance officielle de la responsabilité du gouvernement de 1962. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance morale de cette communauté sacrifiée et la réparation effective du préjudice subi

Pour devenir membre éditeur !

Vous avez un blog ou un site personnel. Vous êtes d'accord avec les objectifs du site Mon Harki.com et vous souhaitez participer à ses articles. Envoyez un mail en indiquant l'adresse et le nom de votre blog ou de votre site personnel ainsi que votre nom ou pseudo, puis après accord des membres du site nous officialiserons votre adhésion.

Emmanuel Macron représente-il une chance pour les Harkis ?

Les Harkis avaient dû attendre 2012 pour que le président Sarkozy reconnaisse la « responsabilité » de la France dans « l'abandon », quelques jours avant sa défaite à l'élection présidentielle. En septembre 2016, le président Hollande avait formellement reconnu « les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis ».

De nombreuses questions interpellent les harkis qui attendront des réponses adaptées aux problèmes de leur quotidien. Emmanuel Macron peut-il « réconcilier les mémoires » de la guerre d’Algérie ?

*******************************************************

Veuillez trouver ci-après une pétition. Signez la pétition

Publié par Le petit harki

Harkis, un contentieux qui n’en finit pas de s’apurer…

Réunion de l'association 2ID-Harkis du Loiret

A la rencontre d’un groupe de jeunes orléanais, d’origine nord-africaine, guide ses anciens dans le dédale administratif pour faire reconnaître leurs droits.

 

Orléans. – Saïd, Djamel, Salah, Belkacem, Hamed, Kamel, Karim, Nadia et quelques autres, font partie de cette seconde et troisième générations d’Algériens vivant en France. S’ils n’y sont pas nés pour la plupart, peu aussi connaissent le pays de leurs parents. Une précision pourtant : ils sont tous fils, fille ou petit fils de harkis, et ont presque tous connu les camps de regroupement, dont celui de l’Herveline, à Semoy.

 

Pourtant, certains d’entre ont formé, dès la fin 1987, une association appelée 2ID ( Intégration, Information, Dialogue ), avec pour but de venir en aide à leurs parents. Pourquoi si tard, alors que la guerre d’Algérie s’était achevée un 19 mars 1962 ?

 

Tout simplement parce qu’encore jeunes, tous les aspects d’une situation qu’ils considèrent comme injuste, ne leu apparurent pas immédiatement.

 

Partant du double constat que les harkis rapatriés, mal informés, et perdus dans le maquis administratif, éprouvaient de grandes difficultés à faire valoir leurs droits d’une part ; et de l’autre que, sur le terrain, ils se retrouvaient mal intégrés, surtout en matière d’éducation, d’emploi, de logement, quelques jeunes avaient donc décidé d’agir.

 

Ainsi était née leur association, qui souhaitait se poser en partenaire des pouvoirs publics, car représentant pratiquement la majeure partie des familles de supplétifs installées dans la région orléanaise.

 

Rapatriés en France à la fin de la guerre d’Algérie, les harkis, originaires pour la plupart de la campagne algérienne, ont perdu comme leurs compatriotes pieds-noirs, une grande partie de leurs biens. Certes, un système de décrets de solidarité et d’indemnisation a bien été mis en place. Regroupés dans des cités d’urgence, beaucoup maniant mal le français, écrit ou parlé, presque tous étant dépourvus de papiers officiels ou de titre de propriété, peu en ont été efficacement informés, et ont pu profiter. D’autre part, le droit coutumier tenait une grande place en Algérie.

 

Schématiquement, fut instaurée, en 1970, une contribution nationale destinée à soutenir les rapatriés d’Algérie, sur déclaration de la perte de leurs biens, étendue en 1978 aux rapatriés d’origine nord-africaine. En juillet 1987, ceux-ci bénéficieraient d’une allocation forfaitaire, que l’association 2ID estimaient insuffisante.

 

Atteintes aujourd’hui de forclusion, la plupart de ces décisions n’avaient peu profité à ceux qui s’étaient rangés aux côtés de la France. Pour la simple raison que peu en ont été informés, qu’ils n’ont pas toujours compris.

 

De ce fait, un fort sentiment d’injustice a fini par s’installer au sein de la communauté, auquel des associations de harkis s’efforcent de faire face.

 

Depuis 47 ans, les associations de harkis ont du mal à se faire entendre, mais songe à se créer un comité national afin d’envisager si besoin de porter le différend en justice. Espérons qu’il ne faille pas en arriver là…
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article