Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Charte du Site

Ce Blog est un lieu de discussion et de débat ouvert à tous.

En déposant des réactions sur les différents articles ou commentaires des autres internautes, chacun apporte sa pierre au débat citoyen. Vous pouvez proposer vos articles par le biais du mail :

harki45@gmail.com

Une fois validé par l’équipe Mon Harki.com, l'article sera mis en ligne dans la catégorie appropriée et le débat que vous souhaitez initier pourra commencer. Tout article publié sur le site demeure sous l'entière responsabilité de son auteur et ses prises de positions n'engagent que lui. Cette prise de position est publique.

Pour être publié, un article doit être signé et ne peut donc pas être anonyme. Garant de la bonne tenue du blog, le modérateur veille au respect des thèmes abordés et se réserve le cas échéant le droit de ne pas publier un article. Les propos doivent se tenir dans la courtoisie et le respect mutuel. Donc apprenez à participer et à partager, l’intérêt d’un blog n’est pas de simplement de le lire, il s’enrichit aussi des interventions de la communauté y compris de vous !

Aux amis, même si vous n’êtes pas sûrs de votre français, allez au-delà de vos appréhension… vous êtes les bienvenus chez nous. Pour conclure, ne reprochez pas au gestionnaire du blog, le comportement des participants. Ne reprochez pas aux rédacteurs du blog de ne pas répondre à vos questions, rien ne les y oblige. L’équipe vous remercie et vous souhaite bon débat.

Nos objectifs et nos actions : Faire connaître officiellement l’histoire des Harkis trop longtemps occultée et falsifiée. Faire reconnaître les conditions de l’arrivée en métropole des Harkis et leurs familles. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance officielle de la responsabilité du gouvernement de 1962. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance morale de cette communauté sacrifiée et la réparation effective du préjudice subi

Pour devenir membre éditeur !

Vous avez un blog ou un site personnel. Vous êtes d'accord avec les objectifs du site Mon Harki.com et vous souhaitez participer à ses articles. Envoyez un mail en indiquant l'adresse et le nom de votre blog ou de votre site personnel ainsi que votre nom ou pseudo, puis après accord des membres du site nous officialiserons votre adhésion.

Emmanuel Macron représente-il une chance pour les Harkis ?

Les Harkis avaient dû attendre 2012 pour que le président Sarkozy reconnaisse la « responsabilité » de la France dans « l'abandon », quelques jours avant sa défaite à l'élection présidentielle. En septembre 2016, le président Hollande avait formellement reconnu « les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis ».

De nombreuses questions interpellent les harkis qui attendront des réponses adaptées aux problèmes de leur quotidien. Emmanuel Macron peut-il « réconcilier les mémoires » de la guerre d’Algérie ?

*******************************************************

Veuillez trouver ci-après une pétition. Signez la pétition

Publié par Belkacem d'Orléans

En Algérie, de 1954 à 1962, des milliers de français musulmans harkis ont manifesté leur attachement à la France. Dans une période de guerre atroce, pris en tenaille, entre les exactions du FLN la nuit, et la pression de l'armée française le jour. Cette population civile désarmée face à la barbarerie terroriste a fait le choix de la sécurité et du moindre mal. Donc elle a décidé de se mettre au service de la France qui à l'époque était détentrice de l'autorité de l'état sur tout le territoire de l'Algérie.

Ce choix, la majorité d'entre eux l'ont assumé avec courage et abnégation. Certain ont perdu la vie au cours des combats auxquels notre pays a du faire face en Algérie, d'autres ont été désarmés, et abandonné à la vindicte du FLN. Ils ont été suppliciés et massacrés après le 19 mars 1962.

Le dénouement du drame algérien a contraint de nombreuses familles de harkis à se replier sur le territoire national dans des conditions extrêmement difficiles et dramatiques. A leur arrivée en métropole, ils furent installés dans des camps insalubres, des hameaux forestiers ou des quartiers isolés à la périphérie des grandes agglomérations ou ils continuent à vivre dans la misère et l'exclusion dans des conditions de précarité indigne de la France. Dans l'oubli et l'indifférence, entre espoir et révolte dans l'attente d'une reconnaissance qui tarde à venir.

En effet, quarante sept ans après la fin de la guerre d'Algérie, la France n'a toujours pas répondu aux attentes de ces braves soldats et leurs familles qui l'ont servi au prix d'énormes sacrifices.

Le malaise et le désespoir ressentis par les harkis durant des années, cette injustice qui leur est faite a éveillé la conscience est a donné suite a un bouillonnement et la naissance de mouvements associatives, qui ont conduit à la révolte de 1975 à Narbonne, et aux émeutes de 1991, sur tout le territoire National.

Harkis et civiles morts en Algérie

Ce mal vivre de la communauté harkie tient à plusieurs causes : difficultés liées à l'accueil et à l'installation d'une population déracinée dans des conditions souvent dramatiques aux problèmes spécifiques liés à l'origine rurale d'une population avec un faible niveau de formation et une insuffisante maîtrise de la langue. Tout cela a freiné leur insertion dans une société moderne, à l'insuffisance des efforts déployés par la communauté nationale en dépit du dispositif législatif mis en oeuvre depuis 1970 pour indemniser, intégrer les Harkis, au caractère erroné de certains choix politiques qui se sont avérés être des échecs dramatiques ( mise sous tutelle administrative et regroupement de populations cumulant de nombreux handicaps ) à l'occultation de leur histoire et à celle des conséquences de leur choix.

Les différents dispositifs successifs mis en place depuis 1970, insuffisants, incomplets et restrictifs, n'ont pas donné satisfaction aux harkis qui souhaitent obtenir de la France la reconnaissance morale et matérielle à laquelle ils peuvent légitimement prétendre.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article