Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Charte du Site

Ce Blog est un lieu de discussion et de débat ouvert à tous.

En déposant des réactions sur les différents articles ou commentaires des autres internautes, chacun apporte sa pierre au débat citoyen. Vous pouvez proposer vos articles par le biais du mail :

harki45@gmail.com

Une fois validé par l’équipe Mon Harki.com, l'article sera mis en ligne dans la catégorie appropriée et le débat que vous souhaitez initier pourra commencer. Tout article publié sur le site demeure sous l'entière responsabilité de son auteur et ses prises de positions n'engagent que lui. Cette prise de position est publique.

Pour être publié, un article doit être signé et ne peut donc pas être anonyme. Garant de la bonne tenue du blog, le modérateur veille au respect des thèmes abordés et se réserve le cas échéant le droit de ne pas publier un article. Les propos doivent se tenir dans la courtoisie et le respect mutuel. Donc apprenez à participer et à partager, l’intérêt d’un blog n’est pas de simplement de le lire, il s’enrichit aussi des interventions de la communauté y compris de vous !

Aux amis, même si vous n’êtes pas sûrs de votre français, allez au-delà de vos appréhension… vous êtes les bienvenus chez nous. Pour conclure, ne reprochez pas au gestionnaire du blog, le comportement des participants. Ne reprochez pas aux rédacteurs du blog de ne pas répondre à vos questions, rien ne les y oblige. L’équipe vous remercie et vous souhaite bon débat.

Nos objectifs et nos actions : Faire connaître officiellement l’histoire des Harkis trop longtemps occultée et falsifiée. Faire reconnaître les conditions de l’arrivée en métropole des Harkis et leurs familles. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance officielle de la responsabilité du gouvernement de 1962. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance morale de cette communauté sacrifiée et la réparation effective du préjudice subi

Pour devenir membre éditeur !

Vous avez un blog ou un site personnel. Vous êtes d'accord avec les objectifs du site Mon Harki.com et vous souhaitez participer à ses articles. Envoyez un mail en indiquant l'adresse et le nom de votre blog ou de votre site personnel ainsi que votre nom ou pseudo, puis après accord des membres du site nous officialiserons votre adhésion.

Emmanuel Macron représente-il une chance pour les Harkis ?

Les Harkis avaient dû attendre 2012 pour que le président Sarkozy reconnaisse la « responsabilité » de la France dans « l'abandon », quelques jours avant sa défaite à l'élection présidentielle. En septembre 2016, le président Hollande avait formellement reconnu « les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis ».

De nombreuses questions interpellent les harkis qui attendront des réponses adaptées aux problèmes de leur quotidien. Emmanuel Macron peut-il « réconcilier les mémoires » de la guerre d’Algérie ?

*******************************************************

Veuillez trouver ci-après une pétition. Signez la pétition

Publié par Abdel Malik

Abdel-Malik, fils de harkis s’exprime sur le 19 mars 1962.

 

Nous publions un courrier de Monsieur Abdel-Malik fils de harkis habitant de l’Eure et Loir sur l’actualité de mars à propos du 19 mars et du contexte historique.

 

 

Tous les combattants français patriotes qui ont un sens élevé de l'honneur et de la dignité doivent refuser de participer à la commémoration du 19 mars,  cette date n'honorant ni la France, ni son peuple, ni son armée !

 

Ainsi, le jeudi  8 novembre 2012, les Sénateurs issus de la majorité de gauche ont voté unanimement, en catimini et sans deuxième débat, un texte de loi faisant du 19 mars une journée nationale de souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie.

 

L'instauration de cette loi insultante est une faute politique commise à l’encontre de tous les combattants français du conflit algérien, et particulièrement des harkis. Elle porte préjudice au sacrifice de tous ces morts français durant cette guerre, mais aussi à tous ceux qui ont été massacrés après ces accords d'Evian. Elle remet en cause la légitimité historique de cette guerre qui a duré sept ans et demi. De plus, cette loi ravive les blessures encore béantes de tous les acteurs français qui ont participé à cette guerre et qui a meurtri les consciences.

 

Cette loi indécente instaurée par des hommes politiques qui n'ont pas pris la mesure de leurs actes n'honore pas la république française mais désavoue totalement le massacre subi par des milliers de harkis après le 19 mars 1962.

 

Cette loi restera à jamais un acte méprisant, insultant pour la communauté harkie. Les historiens savent ce que fut le 19 mars 1962 ! Ils savent que le FLN n'a jamais assumé ses engagements dans le respect du cessez-le-feu. D'ici quelques années, les archives révéleront aux français les atrocités et les ignominies commises sur les harkis désarmés par les éléments du FLN.

 

Dans le contexte actuel du monde dans lequel nous vivons, tous les auteurs de ces crimes et assassinats commis à grande échelle en 1962 par des membres du FLN sur une population civile seraient traduits devant la cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité.

 

Cette date du 19 mars n'est pas le symbole d'un événement historique qui a donné naissance à la paix véritable mais bien au contraire, l’origine, le commencement d'une sombre période qui a conduit au désarmement des harkis pour ensuite les abandonner et les livrer à la vindicte des tortionnaires du FLN.

 

Non sans oublier que ces atrocités ont été commises avec la complicité du pouvoir politique français de l'époque !

 

Pour les harkis, la fidélité pour la France fut un choix pour lequel ils ont payé un lourd tribu au plan humain. Il faut bien rappeler que plus de 100 000 d'entre eux ont été massacrés après la signature des accords d'Evian. Plus d’un millier furent rapatrié vers la France en 1963, au détriment de leur terre natale et de leur famille, victimes de la décolonisation.

 

Quant à nos compatriotes Pieds-noirs, le slogan de la valise ou le cercueil demeure synonyme d'abandon de leur terre natale et de déracinement. Les fleuristes se féliciteront sans doute de cette loi, au même titre que certains responsables politiques locaux qui vont avoir, de ce fait, une occasion supplémentaire de montrer aux braves bougres de la FNACA combien la fibre patriotique vibre en eux.

 

Tout cela est pitoyable.

Le monde combattant est désormais divisé en deux blocs. La fraternité du feu, si souvent proclamée dans des discours devant les monuments aux morts est belle et bien morte !

 

La gauche se serait grandie si elle avait eu le courage de prendre la seule décision qui vaille, maintenir la date du 5 décembre ou faire du 11 novembre le jour de commémoration, et du sacrifice des soldats de tous les conflits, mais aussi le jour unique du souvenir de la Nation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

philippe 25/03/2013 22:41


5 décembre-5 juillet?

Yvon 02/02/2015 16:22

Malheureusement les harkis ont mal été défendus ? au Procés du Général Salan devant les journalistes du monde entier. (voir Livre du Compte rendu Sténographique du Procès audience du 21 Mai 1962 page 403 Albin Michel 1962)
Il est écrit qu' une certaine harka avait a son tableau de chasse, sept fois son effectif en tués chez les fellagas !

patriote 25/03/2013 21:17


bonjour....


le 05 décembre est une date neutre ,choisi par le Président CHIRAC et mise en oeuvre par le PM RAFFARIN......


Pour rappel:


"Les maires sont libres de faire ce qu’ils veulent "


Fixée au 19
mars par la loi du 6 décembre 2012, la "journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et
au Maroc" est une proposition initiée par le gouvernement de Lionel Jospin, en 2002, qui n’avait jusqu’à présent pas abouti. Elle a finalement été votée le 8 décembre 2012 par le Sénat puis
validée par le Conseil constitutionnel, dix ans après avoir été initiée.


Au gouvernement, on tente de relativiser la fronde sudiste. "Les maires sont libres de faire ce qu’ils veulent. L’obligation légale, c’est une cérémonie par département organisée par le préfet.
Ce qui, pour l’heure, devrait être respecté", explique le ministère des Anciens Combattants, joint par FRANCE 24.


De son côté, le directeur de la Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie (FNACA), Guy Darmanin, se montre ferme. "Lorsque l’on est républicain, on doit se plier à la loi. Et
celle-ci a été votée par le Parlement élu démocratiquement par les Français", a-t-il simplement déclaré à FRANCE 24.


Le 5 décembre et le 11 novembre déjà pour l’Algérie


Depuis 2003, une "Journée nationale d'hommage aux morts pour la France pendant la guerre d'Algérie" a déjà été établie au 5 décembre, date sans aucune connotation historique choisie par le
gouvernement de Jean-Pierre Raffarin. Plusieurs responsables politiques et associations d’anciens combattants avaient, à l'époque, fait part de leur mécontentement, préférant la symbolique des
accords d’Évian.


"Le 5 décembre a été choisi simplement en fonction de l’agenda du président de l'époque, Jacques Chirac. Cette date, qui correspond à l’inauguration du mémorial de la guerre d’Algérie au musée du
quai Branly n’a aucun sens", rappelle Guy Darmanin. "Toutes les guerres sont suivies d’exactions. Pour la Seconde Guerre mondiale, nous en célébrons l’armistice le 8 mai, alors qu’elle a
véritablement pris fin le 2 septembre, après Hiroshima", argumente-t-il.


Un consensus avait été tenté par Nicolas Sarkozy qui, en 2011, avait décidé d'étendre la commémoration du 11 novembre à tous ceux qui sont récemment tombés pour la France. Mais, là encore, de
nombreuses voix s’étaient élevées contre ce "Memorial Day" à l’américaine. Autant de dissensions qui montrent que la délicate question algérienne demeure, 51 ans plus tard, un lourd fardeau pour
les gouvernements français successifs. Les Français, quant à eux, semblent n’avoir que "l’embarras du choix" puisque le ministère des Anciens Combattants l’assure : "Le 5 décembre restera
également une date de commémoration".

philippe 25/03/2013 15:00


Je ne vois pas pourquoi pourquoi Kader Arif a été inaugurer avec la FNACA la loi du 19 mars en Corse. Si on se rappelle que la naissance de la lutte pour l'Indépendance du Peuple Corse est née à
Aleria en 1975 en prenant la cave d'un viticulteur pieds noirs à qui l'Etat avait donné des terres Corses en compensation. Quel double jeux cherche à jouer Kader Arif au gouvernement celui de
Mitterand sous Vichy qui défendait les prisonniers de guerre et qui a rejoints la Résistance à la Libération. La France va t elle recommencer à vivre ses heures les plus sombres? Pourquoi garde t
il la date du 5 décembre, est ce diviser pour mieux régner?