Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Charte du Site

Ce Blog est un lieu de discussion et de débat ouvert à tous.

En déposant des réactions sur les différents articles ou commentaires des autres internautes, chacun apporte sa pierre au débat citoyen. Vous pouvez proposer vos articles par le biais du mail :

harki45@gmail.com

Une fois validé par l’équipe Mon Harki.com, l'article sera mis en ligne dans la catégorie appropriée et le débat que vous souhaitez initier pourra commencer. Tout article publié sur le site demeure sous l'entière responsabilité de son auteur et ses prises de positions n'engagent que lui. Cette prise de position est publique.

Pour être publié, un article doit être signé et ne peut donc pas être anonyme. Garant de la bonne tenue du blog, le modérateur veille au respect des thèmes abordés et se réserve le cas échéant le droit de ne pas publier un article. Les propos doivent se tenir dans la courtoisie et le respect mutuel. Donc apprenez à participer et à partager, l’intérêt d’un blog n’est pas de simplement de le lire, il s’enrichit aussi des interventions de la communauté y compris de vous !

Aux amis, même si vous n’êtes pas sûrs de votre français, allez au-delà de vos appréhension… vous êtes les bienvenus chez nous. Pour conclure, ne reprochez pas au gestionnaire du blog, le comportement des participants. Ne reprochez pas aux rédacteurs du blog de ne pas répondre à vos questions, rien ne les y oblige. L’équipe vous remercie et vous souhaite bon débat.

Nos objectifs et nos actions : Faire connaître officiellement l’histoire des Harkis trop longtemps occultée et falsifiée. Faire reconnaître les conditions de l’arrivée en métropole des Harkis et leurs familles. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance officielle de la responsabilité du gouvernement de 1962. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance morale de cette communauté sacrifiée et la réparation effective du préjudice subi

Pour devenir membre éditeur !

Vous avez un blog ou un site personnel. Vous êtes d'accord avec les objectifs du site Mon Harki.com et vous souhaitez participer à ses articles. Envoyez un mail en indiquant l'adresse et le nom de votre blog ou de votre site personnel ainsi que votre nom ou pseudo, puis après accord des membres du site nous officialiserons votre adhésion.

Les engagements du Président

" Si le peuple français m'accorde sa confiance, je m'engage à reconnaître publiquement les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil des familles transférées dans des camps en France" La France a un nouveau président François Hollande.

De nombreuses questions interpellent les harkis qui attendront des réponses adaptées aux problèmes de leur quotidien. Je tiens aussi à dire que nous serons très attentifs à la concrétisation des engagements de François Hollande.

*******************************************************

Monsieur le Président de la République François Hollande veuillez tenir vos promesses envers les familles de harkis. Signez la pétition

Publié par L'équipe Mon Harki.com

 

Halte à l'injustice, le justiciable peut-il saisir directement le Conseil constitutionnel ?

 

Conseil-d-etat-harkis-du-loiret.jpgA priori NON, la question prioritaire de constitutionnalité doit être posée au cours d'une instance.

C'est la juridiction saisie de l'instance qui procède sans délai à un premier examen. La juridiction examine si la question est recevable et les critères fixés par la loi organique sont remplis.

Si ces conditions sont réunies, la juridiction saisie transmet la question prioritaire de constitutionnalité au Conseil d'État ou à la Cour de cassation.

Le Conseil d'État ou la Cour de cassation procède à un examen plus approfondi de la question prioritaire de constitutionnalité et décide de saisir ou non le Conseil constitutionnel.

 

A comprendre les règles de représentation, pour poser la question prioritaire de constitutionnalité, obéissent aux règles applicables devant la juridiction saisie de l'instance : devant une juridiction où la représentation par un avocatest obligatoire, la question prioritaire de constitutionnalité ne peut être posée que par un avocat (à priori).

 

Les associations de harkis telles que : Comité Harkis et vérité, ACH-IDF, 2ID-Harkis du Loiret et bien d'autres, proposent d'user du (QPC) question prioritaire de constitutionnalité.

 

Depuis toujours, nous dénonçons le drame de l'exclusion et de la ghéttoïsation qui frappent toujours les harkis et leurs familles. Comme vous le savez, Le Conseil constitutionnel, créé en 1958, a plusieurs missions. Il est, d’abord et avant tout, chargé d’assurer le respect de la Constitution, qui est la norme suprême en droit français. Il effectue pour cela un contrôle de la constitutionnalité des lois et des traités internationaux, c’est-à-dire qu’il vérifie leur conformité à la Constitution (articles 54 et 61 de la Constitution).

 

A l'évidence, un harki ne désigne pas une ethnie, une nation, une race ou une religion. Le mot harki désigne tout simplement le soldat qui appartient à une harka, qui veut dire en mouvement. Par extension, on désigne ainsi les Français d'origine algérienne qui ont servi dans l'armée française pendant la guerre d'Algérie, et leurs descendants. Ils ne sont pas une nation, ils sont aussi français que les autres français, et si cela se jugeait au mérite, peut être le seraient-ils plus encore, seul un choix politique les distinguent par le biais des lois.

 

L'erreur peut-il paraître grossière? Car ils ne se sont pas trompés : ils ont été trompés. Et par nul autre que le législateur qui a appliqué des inégalités de traitements de lois depuis 1961.

 

Aujourd'hui, nous constatons des avancées dans notre combat par delà la multiplication des lois, proclamant de manière différentielle l'attribution des droits et on peut considérer comme juridiquement approximatives, pour être gentil.

 

On peut dire, comme vient de le prouver M. Tamazount avec mesure, les lois depuis 1961 présentent pour nous non pas des lacunes mais des différences de traitements graves. Ainsi, le Conseil contitutionnel peut déclarer recevable la Question prioritaire de constitutionnalité.

 

Aujourd'hui, cette démarche doit suscité dans notre communauté un grand espoir. Un ancien Président, aussi ancien député disait : « Trente ans d'indifférence et, selon leurs propres termes, de "mépris" se sont écoulés sans que la Nation ne parvienne à véritablement intégrer en son sein ceux qui ont manifesté leur attachement à la France et choisi avec courage et désintéressement de se battre voire de mourir pour elle ».

Commenter cet article

Le Toulousain 21/01/2011 01:09



Bravo à Charles Tamazount.


Si ses parents sont encore de ce monde, ils doivent être fier de lui. Un enfant de harki qui réussit dans le droit, c'est pas fréquent.


Et en plus, il s'occupe d'une association de harkis sans chercher la lumière comme certains chez nous qui, hélas, n'apportent aucun lumière à notre drame et font de l'ombre à ce qui font avancer
les choses.


J'espère que nous arriverons à cette reconnaissance. On est sur la bonne voie avec ce fils de harki.



le varoi 20/01/2011 22:02



bonsoir


le président de l'association harkis et vérité


c'est monsieur charle cherif  tamazout


merci pour son travail juridique


son combat par le droit , pour rendre honneur et respect a nos parents


felicitation " voir info site HARKIS ET VERITE


GRAND DANS L OMBRE ?


PETIT DANS LA LUMIERE ?



harkis de Nantes 20/01/2011 15:25



Bonjour à vous tous. Je dis bravo aux enfants de harkis qui posent notre problème comme il faut. C'est par la justice que nous aurons gain de cause. Je dis bravo aussi à ce monsieur qui dirige
l'association Harkis et Vérité. Je ne sais pas si c'est un enfant de harki. Mais, il a l'air de bien connaître le droit. C'est rarre chez nous. Et quand il y a en a un qui connaît le droit, il va
lècher les bottes de l'UMP. C'est ça notre drame.


Mais je suis content de voir que les choses bougent. En plus, devant la justice, ça devient sérieux. Bravo. Un ami nantais.