Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Charte du Site

Ce Blog est un lieu de discussion et de débat ouvert à tous.

En déposant des réactions sur les différents articles ou commentaires des autres internautes, chacun apporte sa pierre au débat citoyen. Vous pouvez proposer vos articles par le biais du mail :

harki45@gmail.com

Une fois validé par l’équipe Mon Harki.com, l'article sera mis en ligne dans la catégorie appropriée et le débat que vous souhaitez initier pourra commencer. Tout article publié sur le site demeure sous l'entière responsabilité de son auteur et ses prises de positions n'engagent que lui. Cette prise de position est publique.

Pour être publié, un article doit être signé et ne peut donc pas être anonyme. Garant de la bonne tenue du blog, le modérateur veille au respect des thèmes abordés et se réserve le cas échéant le droit de ne pas publier un article. Les propos doivent se tenir dans la courtoisie et le respect mutuel. Donc apprenez à participer et à partager, l’intérêt d’un blog n’est pas de simplement de le lire, il s’enrichit aussi des interventions de la communauté y compris de vous !

Aux amis, même si vous n’êtes pas sûrs de votre français, allez au-delà de vos appréhension… vous êtes les bienvenus chez nous. Pour conclure, ne reprochez pas au gestionnaire du blog, le comportement des participants. Ne reprochez pas aux rédacteurs du blog de ne pas répondre à vos questions, rien ne les y oblige. L’équipe vous remercie et vous souhaite bon débat.

Nos objectifs et nos actions : Faire connaître officiellement l’histoire des Harkis trop longtemps occultée et falsifiée. Faire reconnaître les conditions de l’arrivée en métropole des Harkis et leurs familles. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance officielle de la responsabilité du gouvernement de 1962. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance morale de cette communauté sacrifiée et la réparation effective du préjudice subi

Pour devenir membre éditeur !

Vous avez un blog ou un site personnel. Vous êtes d'accord avec les objectifs du site Mon Harki.com et vous souhaitez participer à ses articles. Envoyez un mail en indiquant l'adresse et le nom de votre blog ou de votre site personnel ainsi que votre nom ou pseudo, puis après accord des membres du site nous officialiserons votre adhésion.

Emmanuel Macron représente-il une chance pour les Harkis ?

Les Harkis avaient dû attendre 2012 pour que le président Sarkozy reconnaisse la « responsabilité » de la France dans « l'abandon », quelques jours avant sa défaite à l'élection présidentielle. En septembre 2016, le président Hollande avait formellement reconnu « les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis ».

De nombreuses questions interpellent les harkis qui attendront des réponses adaptées aux problèmes de leur quotidien. Emmanuel Macron peut-il « réconcilier les mémoires » de la guerre d’Algérie ?

*******************************************************

Veuillez trouver ci-après une pétition. Signez la pétition

Publié par Ahmed d'Angers

sold0012.jpgHARKIS : la rançon de la fidélité.

Trahis, Punis pour devoirs accomplis envers la mère Patrie.

 

Comme le disait, Georges Clemenceau à propos des Combattant de la Grande Guerre, ils ont des droits sur nous.

 

De la même manière notamment le 14 juillet 2000, en réponse au Président algérien Abdelaziz BOUTEFLIKA , qui lors de sa visite d’état en France, avait parlé d’eux en termes insultants de collabos.

 

Jacques CHIRAC, a manifesté à différentes reprises, son estime et sa grande sympathie pour les musulmans qui ont combattu avec bravoure, sous l’uniforme français durant la guerre d’Algérie.

 

Ceux que l’on  désigne globalement sous le nom de Harkis.

 

En 1960, on comptait un total de 160 000 supplétifs musulmans quatre fois plus que les effectifs de l’Armée de Libération Nationale (ALN) à son plus haut niveau servant sous le drapeau français en Algérie.

 

On peut ajoutait quelque 20 000 engagés volontaires dans l’armée régulière, plus les appelés. Le nombre de harkis proprement dits s’élevait à 70 000 hommes (en arabe harka signifie mouvement).

 

Constitués en unités mobiles, les sections de harkis participaient aux opérations de l’armée, et relevés de l’administration militaire. Les autres supplétifs se répartissaient entre les moghaznis (20 000) hommes chargés de protection des section spécialisées (SAS).

 

Les groupes d’autodéfense chargés de la protection des villages isolés (60 000) hommes et les groupes mobiles de sécurité (GMS) ou de police civile (10 000) hommes. La création des sections de harkis, débuta avec le début du conflit algérien.

 

Apprenant à Arris, au cœur de l’Aurès l’embuscade tendue à Tighanimine  le 1 novembre 1954 au car reliant Arris à M’chounèche au cours de laquelle le Caid Hadj Saddock et l’instituteur Monnérot furent assassinés marqua le début de l’insurrection.

 

L’ethnologue Jean SERVIER, ancien officier, constitue un groupe d’autodéfense en recrutant une cinquantaine d’hommes dans la tribu des Touabas (Ouléd-Daoud). Le mouvement va se développer sous l’impulsion notamment d’un autre ethnologue Jacques Soustelle nommé gouverneur de l’Algérie par Pierre Mendés France en 1955.

 

En juillet 1956, une Harka se constitue dans l’Ouarsenis sous la houlette du Bachaga Boualam, chef de tribu des Beni-Boudouane et futur vice-Président de l’Assemblée Nationale Française.

 

En 1957, le lieutenant Georges, officier parachutiste servant sous les ordres du Colonel Bigeard forme à Saida (Oranie) avec des rebelles ralliés, un commando qui acquerra une réputation de  redoutable efficacité.

Cette même année, la demi brigade de fusillés marins basée à Nemours créa sa propre harka.

 

Quelques exemples de création de sections de harka parmi des centaines d’autres au travers de l’Algérie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dahbia 25/09/2010 03:04



Bonjour Belka


Personne ne m’a envoyé d’invitation pour me rendre à la réunion privée qui s’est déroulée au domicile de Madame Lancou, tu me l’apprends je n’étais même pas au courant.



toto 22/09/2010 07:27



Même au sommet du pouvoir Algérien actuel,il y a des Clans.BOUTEFLIKA est une marionnette installée au pouvoir ,mais qui en réalité est entre les mains des militaires qui détiennent le vrai
pouvoir.BOUTEFLIKA n'est qu'un pouvoir de façade.A la fin du régne de BOUTEFLIKA les choses sérieuses commençeront pour l'Algérie et les Algériens.La nouvelle génération d'Algériens n'a pas été
préparée pour assumer la suite du pouvoir,ceci par absence de démocratie durant ces 50 années d'indépendance perdue.Les militaires n'auront pas d'autres choix ,que d'installer un autre canaçon au
pouvoir tel Ahméd OUYAYIA .La fin est proche pour tous ces révolutinnaires qui étaient aux affaires en Algérie à res fin personnelles. La plus-parts d'entres eux sont décédés  ou  en
phase terminale,et il est à craindre pour une évolution politique et idéologique   paçifique de l'Algérie.Cette absence d'émergence d'une élite au sein de la société civile pourrait
épothéquée et porter un lourd  préjudice à l'avenir de cette nation Algérienne.Ceci pourrait conduire à un destin à lIrakienne.



FLN1954 21/09/2010 23:38



http://www.algerie-ancienne.com/



fln1954 21/09/2010 23:36



Un bon film BENBOULAID:


http://www.youtube.com/watch?v=WwrQOa_FdiY



FLN1954 21/09/2010 23:28



La guerre d'Algérie et plus largement le colonialisme a fait plusieurs sortes de victimes : -tout d'abord les Algériens qui ont participé à la révolution algérienne , les Algériens génocidés dans
le cadre d'une réflexion pendant 132 ans .


puis les musulmans ,qui reniant toute appellation algérienne , se collèrent à la France malgré un statut de sous-homme à travers le code de l'indigénat du moins jusqu'en 1958 ou la nationalité
française était donnée au musulmans d'Algérie.Ces musulmans n'avaient connu que la France comme référence et on peut comprendre certains choix par peur , par faim , par complexe .Ce que l'on peut
difficilement comprendre ceux sont ce qui vont rejoindre l'armée coloniale pour faire du mal à leurs frères , pour torturer, violer, assassiner juste pour plaire "au maitre colon".


Les enfants de cette partie de la communauté française ne sont pas responsable des actes de leurs parents et d'ailleurs le droit algérien leur confère la nationalité algérienne s'ils le
demandent.