Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Charte du Site

Ce Blog est un lieu de discussion et de débat ouvert à tous.

En déposant des réactions sur les différents articles ou commentaires des autres internautes, chacun apporte sa pierre au débat citoyen. Vous pouvez proposer vos articles par le biais du mail :

harki45@gmail.com

Une fois validé par l’équipe Mon Harki.com, l'article sera mis en ligne dans la catégorie appropriée et le débat que vous souhaitez initier pourra commencer. Tout article publié sur le site demeure sous l'entière responsabilité de son auteur et ses prises de positions n'engagent que lui. Cette prise de position est publique.

Pour être publié, un article doit être signé et ne peut donc pas être anonyme. Garant de la bonne tenue du blog, le modérateur veille au respect des thèmes abordés et se réserve le cas échéant le droit de ne pas publier un article. Les propos doivent se tenir dans la courtoisie et le respect mutuel. Donc apprenez à participer et à partager, l’intérêt d’un blog n’est pas de simplement de le lire, il s’enrichit aussi des interventions de la communauté y compris de vous !

Aux amis, même si vous n’êtes pas sûrs de votre français, allez au-delà de vos appréhension… vous êtes les bienvenus chez nous. Pour conclure, ne reprochez pas au gestionnaire du blog, le comportement des participants. Ne reprochez pas aux rédacteurs du blog de ne pas répondre à vos questions, rien ne les y oblige. L’équipe vous remercie et vous souhaite bon débat.

Nos objectifs et nos actions : Faire connaître officiellement l’histoire des Harkis trop longtemps occultée et falsifiée. Faire reconnaître les conditions de l’arrivée en métropole des Harkis et leurs familles. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance officielle de la responsabilité du gouvernement de 1962. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance morale de cette communauté sacrifiée et la réparation effective du préjudice subi

Pour devenir membre éditeur !

Vous avez un blog ou un site personnel. Vous êtes d'accord avec les objectifs du site Mon Harki.com et vous souhaitez participer à ses articles. Envoyez un mail en indiquant l'adresse et le nom de votre blog ou de votre site personnel ainsi que votre nom ou pseudo, puis après accord des membres du site nous officialiserons votre adhésion.

Les engagements du Président

" Si le peuple français m'accorde sa confiance, je m'engage à reconnaître publiquement les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil des familles transférées dans des camps en France" La France a un nouveau président François Hollande.

De nombreuses questions interpellent les harkis qui attendront des réponses adaptées aux problèmes de leur quotidien. Je tiens aussi à dire que nous serons très attentifs à la concrétisation des engagements de François Hollande.

*******************************************************

Monsieur le Président de la République François Hollande veuillez tenir vos promesses envers les familles de harkis. Signez la pétition

Publié par Clan - R

Harkis, le CLAN-R s'exprime sur le 19 mars...

 

L'association Comité de liaison réagit dans son éditorial du 12 octobre sur : « Pourquoi le Parlement veut-il faire du 19 mars une « journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie » ?

 

En effet, la commission des affaires sociales du Sénat se réunira pour examiner les amendements le mercredi 24 octobre, sur une proposition de loi, adoptée par l'Assemblée nationale, relative à la reconnaissance du 19 mars comme journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc (n° 188, 2001-2002)

 

Nous appellons toutes les personnes à agir concrètement auprès de vos parlementaires pour protester contre le texte qui va se discuter au Sénat le 25/10/2012. Un projet de communiqué de presse a été rédigé et vous sera présenté prochainement.

 

Nous publions ci-dessous l'article du Clan-R :

 

Pourquoi ?

 

Pourquoi le Parlement veut-il faire du 19 mars une « journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie » ?

 

Qui pourrait s’opposer, a priori, à une telle journée ? Qui pourrait refuser le souvenir et le recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de cette guerre et de ces combats ? Personne. Il serait donc facile sur un tel sujet de réussir une union nationale.

 

Oui, vraiment facile si d’aucuns ne s’acharnaient à vouloir que cette journée soit fixée au 19 mars et à aucune autre date ! Car, ne l’oublions pas, cette journée existe déjà et a été placée, sous la présidence Chirac, au 5 décembre.

 

Pourquoi donc s’ « accrocher » à cette date du 19 mars au détriment de celle du 5 décembre et de toute autre ?

 

Pourquoi vouloir absolument imposer une date conflictuelle, quand l’année compte tant de jours ?

 

Pourquoi la majorité présidentielle veut-elle prendre le risque d’une nouvelle cassure entre les Français ?

 

Pourquoi veut-elle à ce point mépriser ceux qui ont tant souffert et les familles qui encore terriblement souffrent ?

 

Le 18 mars 1962 ont été signés les accords d’Evian qui prévoyaient que le 19 à midi il y aurait cessez-le feu sur l’ensemble du territoire algérien. Il n’en fut rien ; aussi pour des centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants la date du 19 mars marque-t-elle le commencement de l’horreur.

 

En effet, si le 19 mars a représenté pour la grande majorité des combattants métropolitains la fin de leur engagement, elle a surtout représenté, pour la population d’Algérie, toutes confessions confondues, pour les supplétifs de l’Armée française et leurs familles, le début de la période la plus horrible qu’ils aient eue à connaître ; elle est associée aux plus grandes souffrances, au souvenir des plus grands drames.

 

Dès le soir de ce jour qui était supposé être celui du cessez-le-feu, a commencé le massacre des Harkis désarmés sur ordre du gouvernement de Paris, abandonnés, empêchés de gagner la Métropole. En quelques mois, ils ont été probablement quelque cent cinquante mille à être tués dans des conditions affreuses ; très souvent les membres de leur famille l’ont été avec eux.

 

Dans les semaines qui ont suivi cette date, les enlèvements et les assassinats de personnes de toutes confessions se sont multipliés, pour culminer le 5 juillet 1962 à Oran, en présence de l’Armée française. A ce jour, environ 3000 civils et quelque 500 militaires, la plupart soldats du contingent, sont encore portés disparus. Leurs enfants, leurs conjoints, ne connaîtront-ils jamais le sort qui leur a été réservé ? Certains d’entre eux les attendent toujours.

 

Les souffrances qu’ont connues ceux qui ont perdu la vie, comme celles vécues par ceux qui ont réussi à ne pas la perdre, au cours de mois d’horreur, ne peuvent être méprisées, et encore moins niées. Le 19 mars 1962 est la date d’un cessez-le-feu proclamé, non d’un cessez-le-feu effectif. C’est le triste anniversaire de l’abandon et de la trahison.

 

Ceux pour qui cette date renvoie au bon souvenir de « la quille » doivent avoir la décence de respecter ceux qui ont souffert et souffrent encore.

 

Le sort des Disparus civils et militaires - nous l’avons dit - n’est toujours pas connu. Quand verra-t-on notre pays agir comme l’a fait l’Argentine, par exemple ? Quand connaîtrons-nous la vérité sur le massacre des Harkis, les drames du 26 mars et du 5 juillet ? Bien des Etats ont osé créer une « commission Vérité et Réconciliation ».Plutôt que de diviser, il serait bien plus sage que notre parlement envisage la mise en place d’une telle commission.

 

Cela honorerait notre pays.

Commenter cet article