Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Charte du Site

Ce Blog est un lieu de discussion et de débat ouvert à tous.

En déposant des réactions sur les différents articles ou commentaires des autres internautes, chacun apporte sa pierre au débat citoyen. Vous pouvez proposer vos articles par le biais du mail :

harki45@gmail.com

Une fois validé par l’équipe Mon Harki.com, l'article sera mis en ligne dans la catégorie appropriée et le débat que vous souhaitez initier pourra commencer. Tout article publié sur le site demeure sous l'entière responsabilité de son auteur et ses prises de positions n'engagent que lui. Cette prise de position est publique.

Pour être publié, un article doit être signé et ne peut donc pas être anonyme. Garant de la bonne tenue du blog, le modérateur veille au respect des thèmes abordés et se réserve le cas échéant le droit de ne pas publier un article. Les propos doivent se tenir dans la courtoisie et le respect mutuel. Donc apprenez à participer et à partager, l’intérêt d’un blog n’est pas de simplement de le lire, il s’enrichit aussi des interventions de la communauté y compris de vous !

Aux amis, même si vous n’êtes pas sûrs de votre français, allez au-delà de vos appréhension… vous êtes les bienvenus chez nous. Pour conclure, ne reprochez pas au gestionnaire du blog, le comportement des participants. Ne reprochez pas aux rédacteurs du blog de ne pas répondre à vos questions, rien ne les y oblige. L’équipe vous remercie et vous souhaite bon débat.

Nos objectifs et nos actions : Faire connaître officiellement l’histoire des Harkis trop longtemps occultée et falsifiée. Faire reconnaître les conditions de l’arrivée en métropole des Harkis et leurs familles. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance officielle de la responsabilité du gouvernement de 1962. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance morale de cette communauté sacrifiée et la réparation effective du préjudice subi

Pour devenir membre éditeur !

Vous avez un blog ou un site personnel. Vous êtes d'accord avec les objectifs du site Mon Harki.com et vous souhaitez participer à ses articles. Envoyez un mail en indiquant l'adresse et le nom de votre blog ou de votre site personnel ainsi que votre nom ou pseudo, puis après accord des membres du site nous officialiserons votre adhésion.

Les engagements du Président

" Si le peuple français m'accorde sa confiance, je m'engage à reconnaître publiquement les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil des familles transférées dans des camps en France" La France a un nouveau président François Hollande.

De nombreuses questions interpellent les harkis qui attendront des réponses adaptées aux problèmes de leur quotidien. Je tiens aussi à dire que nous serons très attentifs à la concrétisation des engagements de François Hollande.

*******************************************************

Monsieur le Président de la République François Hollande veuillez tenir vos promesses envers les familles de harkis. Signez la pétition

Publié par Said BALAH

Vous trouverez ci-après un article de M. Balah Président de l’Association 2ID-Harkis du Loiret. Inutile de faire un dessin on nous prend vraiment pour des… ! Nous ne pouvons qu'adhérer à cette analyse qui nous invite dès lors à aller plus pour amender l’article de loi pour lui apporter un sens de justice et d’efficacité.

 

Article du site : Cliquez-ici

 

Régulièrement, des propos injurieux et diffamatoires sont tenus à l’égard des harkis à raison de leur passé et de leur engagement aux côtés de la France pendant la guerre d’Algérie. Mais, en dehors de l’indignation suscitée sur le moment, aucune sanction pénale n’est prononcée contre leurs auteurs.

 

Des propos injurieux et diffamatoires…

 

Au début de l’été, le débat sur les emplois d’avenir au conseil municipal d’Orléans a suscité une polémique sur les harkis lorsqu’un adjoint au maire, Olivier Carré, a déclaré que « proposer ces emplois à des jeunes, c’est les réduire à devenir des harkis de l’emploi et de la fonction publique ». Des voix se sont alors élevées pour dénoncer un « dérapage nauséabond », plaindre les harkis et menacer de poursuites…A ce jour, aucune plainte n’a été déposée.

 

Quelques mois plus tôt, lors d’une émission diffusée sur LCP le 13 février 2013, Jeannette Bougrab était prise à partie par Jean-Pierre Elkabach qui a traité les harkis de tortionnaires auxquels on « a fait faire des sinistres besognes en Algérie ». Là aussi, de nombreuses voix ont dénoncé les propos injurieux et diffamatoires de Jean-Pierre Elkabach tout en envisageant de porter l’affaire devant les tribunaux, mais là aussi aucun dépôt de plainte.

 

Déjà avant, des hommes politiques avaient tenu des propos blessants et insultants pour les harkis : Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat aux transports, avait traité les centristes humanistes rejoignant Ségolène Royal de "harkis" ; Pierre Lellouche, quant à lui, avait jugé que les électeurs de l’UDF qui rejoignaient en 2007 Nicolas Sarkozy n’étaient « ni des harkis ni des chaouch de la majorité présidentielle » ; en 2006, Jean-Pierre Raffarin avait qualifié les centristes de « harkis de l’UMP » alors que Georges Frêche les traitait de sous-hommes.

 

A chaque fois des voix se sont élevées pour s’indigner, protester et condamner, et à chaque fois rien ne se passe et tout continue comme avant, pour la simple raison que les textes censés protéger les harkis sont inopérants.

 

…mais des textes inapplicables

 

L’Etat français a en effet pris, entre 2005 et 2012, deux textes censés protéger les harkis.

 

En 2005, suite à une revendication ancienne des associations de harkis, le Parlement français a voté une loi (loi n° 2005-158 du 23 février 2005) qui posait en son article 5 le principe de l’interdiction de toute injure ou diffamation envers les harkis.

 

Le respect de ce principe devait être assuré par l’Etat…alors même que la loi ne prévoyait aucune sanction pénale. L’Etat n’est d’ailleurs jamais intervenu pour faire respecter ce principe malgré les propos insultants à l’égard des harkis.

 

Mais où avaient donc la tête ceux qui avaient voté ce texte complètement inapplicable ?

 

Devant l’insuffisance de ce texte, une nouvelle loi a été votée en 2012 (loi n° 2012-326 du 7 mars 2012). Ce texte complète la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse et prévoit des sanctions pénales pour les injures et les diffamations contre les formations supplétives de l’armée française.

 

Cette loi, votée par la quasi-totalité de la représentation nationale, protège les formations supplétives, mais occulte totalement la référence aux harkis et à leurs familles. Curieuse démarche, alors qu’il suffisait juste de compléter l’article 5 de la loi du 23 février 2005…qui elle visait explicitement les harkis (toujours vivants alors que les formations supplétives n’existent plus).

 

Elle ne tient donc pas la route et semble insuffisante pour que la justice puisse sanctionner ceux qui diffameraient les harkis. Voilà pourquoi il n’y que très peu de plaintes et encore moins de sanctions.

 

Quand la droite diffame, la gauche s’indigne ; quand la gauche insulte, la droite s’offusque…mais c’est la gauche et la droite qui ensemble ont voté une loi qui ne protège ni les harkis ni leurs familles. La preuve est ainsi faite que l’on nous prend vraiment pour des cons…avec en prime le droit de nous insulter impunément.

 

Saïd Balah

Commenter cet article

zohra mehraz 19/11/2013 19:32


MESSAGE A LA DROITE et MESSAGE A LA GAUCHE


"Vous me donnez envie de vomir tellement vous êtes lâches, menteurs et hypocrites. Vous vous foutez de  nous les harkis et les enfants de harkis mais cela ne va pas durer éternellement.


Mefiez vous de la génération des enfants de harkis car nous avons vu nos parents qui se sont battus pour la France traités comme des sous hommes.


On a un avantage sur nos parents car on a compris votre hypocrisie,


 votre malhônneteté et votre absence de courage (l'exemple vient d'en haut il suffit de se rappeler les promesses d'un certain FH)


Pensez aux prochaines élections, municipales puis les présidentielles. 


Oui le temps passe vite et on fera peut-être le jeu d'un certain parti que vous craignez énormément mais NOUS, doit-on le craindre ?