Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Charte du Site

Ce Blog est un lieu de discussion et de débat ouvert à tous.

En déposant des réactions sur les différents articles ou commentaires des autres internautes, chacun apporte sa pierre au débat citoyen. Vous pouvez proposer vos articles par le biais du mail :

harki45@gmail.com

Une fois validé par l’équipe Mon Harki.com, l'article sera mis en ligne dans la catégorie appropriée et le débat que vous souhaitez initier pourra commencer. Tout article publié sur le site demeure sous l'entière responsabilité de son auteur et ses prises de positions n'engagent que lui. Cette prise de position est publique.

Pour être publié, un article doit être signé et ne peut donc pas être anonyme. Garant de la bonne tenue du blog, le modérateur veille au respect des thèmes abordés et se réserve le cas échéant le droit de ne pas publier un article. Les propos doivent se tenir dans la courtoisie et le respect mutuel. Donc apprenez à participer et à partager, l’intérêt d’un blog n’est pas de simplement de le lire, il s’enrichit aussi des interventions de la communauté y compris de vous !

Aux amis, même si vous n’êtes pas sûrs de votre français, allez au-delà de vos appréhension… vous êtes les bienvenus chez nous. Pour conclure, ne reprochez pas au gestionnaire du blog, le comportement des participants. Ne reprochez pas aux rédacteurs du blog de ne pas répondre à vos questions, rien ne les y oblige. L’équipe vous remercie et vous souhaite bon débat.

Nos objectifs et nos actions : Faire connaître officiellement l’histoire des Harkis trop longtemps occultée et falsifiée. Faire reconnaître les conditions de l’arrivée en métropole des Harkis et leurs familles. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance officielle de la responsabilité du gouvernement de 1962. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance morale de cette communauté sacrifiée et la réparation effective du préjudice subi

Pour devenir membre éditeur !

Vous avez un blog ou un site personnel. Vous êtes d'accord avec les objectifs du site Mon Harki.com et vous souhaitez participer à ses articles. Envoyez un mail en indiquant l'adresse et le nom de votre blog ou de votre site personnel ainsi que votre nom ou pseudo, puis après accord des membres du site nous officialiserons votre adhésion.

Les engagements du Président

" Si le peuple français m'accorde sa confiance, je m'engage à reconnaître publiquement les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil des familles transférées dans des camps en France" La France a un nouveau président François Hollande.

De nombreuses questions interpellent les harkis qui attendront des réponses adaptées aux problèmes de leur quotidien. Je tiens aussi à dire que nous serons très attentifs à la concrétisation des engagements de François Hollande.

*******************************************************

Monsieur le Président de la République François Hollande veuillez tenir vos promesses envers les familles de harkis. Signez la pétition

Publié par La loi peut-elle dire l'histoire ? Droit, justice et histoire selon Bertrand Favreau…

Harkis--loi-memorielle.gifLa loi peut-elle dire l'histoire ? Droit, justice et histoire selon Bertrand Favreau…

 

Bertrand Favreau : Bertrand Favreau est un avocat et écrivain français. Avocat au barreau de Bordeaux depuis 1969.

 

Nous vous proposons ce livre qui pose la problématique des lois mémorielles, un point de vue officiel d'un État sur des événements historiques. À l'extrême, une telle loi peut-il interdire l'expression d'autres points de vue ?

 

Emile Bruylant, 4 déc. 2012 - 203 pages.

 

Pourquoi des « lois mémorielles » censées déclarer, voire imposer, un point de vue officiel sur des événements historiques ? En France, la loi dite «Gayssot «du 13 juillet 1990 est la première «loi mémorielle».

 

Son but était de lutter contre ce négationnisme et de reconnaître la douleur des survivants et des descendants des victimes face à ces remises en cause. Les lois suivantes ont repris ces objectifs de lutte contre la négation de faits historiques avérés (génocide arménien, esclavage, traite négrière) et de reconnaissance des mémoires blessées (Arméniens, habitants des départements d’outre-mer, anciens colonisés, rapatriés, harkis).

 

En Belgique, la loi du 23 mars 1995 tend à réprimer la négation, la minimisation, la justification ou l’approbation du génocide commis pendant la Seconde Guerre mondiale par le régime national-socialiste allemand.

 

La question de l’efficacité de ces dispositifs est en débat. Plusieurs conceptions des rapports entre la loi et l’histoire s’affrontent Les partisans de telles lois soulignent qu’il ne s’agit pas de dicter l’histoire mais de lutter contre Les opposants à la loi disent que celle-ci instaure une «vérité officielle».

 

Certains affirment aussi qu’elles seraient contraires à la liberté d’expression et aux droits de l’homme et donc contraire à plusieurs instruments internationaux. Les «lois mémorielles» n’incitent-elles pas à une « guerre des mémoires » et à une «concurrence des victimes» ?

 

Ces lois ne remettent-elles pas en cause les frontières entre histoire et mémoire ?

 

Faut-il une multiplication de tels textes ou bien au contraire une abrogation totale ou partielle de ces lois ?

 

A vos réflexions :

Commenter cet article

philippe 27/03/2013 09:54


Toute loi est amendable, ça dépend sous quel régime on vit.

Rania 26/03/2013 12:16


Bonjour,


La loi ne dit pas l'histoire, elle est censée la protéger contre le négationisme, le revisionisme et protéger ceux qui ont souffert et qui souffrent devant un deni de l'histoire.


La liberté d'expression, c'est très bien, c'est démocratique, mais cela ne doit pas laisser à l'individu le droit de tout dire  et blesser des personnes ou des groupes ayant souffert. 


Et dans ce cas la loi censée protéger doit être aussi en mesure de sanctionner le ou les auteurs qui vont trop loin dans leurs propos ou leurs écrits.


En conclusion, les lois mémorielles sont utiles afin que l'homme sache et ce quelque soit sa fonction dans la société, qu'il a devant lui, des limites à ne pas franchir.


Je ne pense pas qu'elles remettent pas en question le travail des historiens.