Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Charte du Site

Ce Blog est un lieu de discussion et de débat ouvert à tous.

En déposant des réactions sur les différents articles ou commentaires des autres internautes, chacun apporte sa pierre au débat citoyen. Vous pouvez proposer vos articles par le biais du mail :

harki45@gmail.com

Une fois validé par l’équipe Mon Harki.com, l'article sera mis en ligne dans la catégorie appropriée et le débat que vous souhaitez initier pourra commencer. Tout article publié sur le site demeure sous l'entière responsabilité de son auteur et ses prises de positions n'engagent que lui. Cette prise de position est publique.

Pour être publié, un article doit être signé et ne peut donc pas être anonyme. Garant de la bonne tenue du blog, le modérateur veille au respect des thèmes abordés et se réserve le cas échéant le droit de ne pas publier un article. Les propos doivent se tenir dans la courtoisie et le respect mutuel. Donc apprenez à participer et à partager, l’intérêt d’un blog n’est pas de simplement de le lire, il s’enrichit aussi des interventions de la communauté y compris de vous !

Aux amis, même si vous n’êtes pas sûrs de votre français, allez au-delà de vos appréhension… vous êtes les bienvenus chez nous. Pour conclure, ne reprochez pas au gestionnaire du blog, le comportement des participants. Ne reprochez pas aux rédacteurs du blog de ne pas répondre à vos questions, rien ne les y oblige. L’équipe vous remercie et vous souhaite bon débat.

Nos objectifs et nos actions : Faire connaître officiellement l’histoire des Harkis trop longtemps occultée et falsifiée. Faire reconnaître les conditions de l’arrivée en métropole des Harkis et leurs familles. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance officielle de la responsabilité du gouvernement de 1962. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance morale de cette communauté sacrifiée et la réparation effective du préjudice subi

Pour devenir membre éditeur !

Vous avez un blog ou un site personnel. Vous êtes d'accord avec les objectifs du site Mon Harki.com et vous souhaitez participer à ses articles. Envoyez un mail en indiquant l'adresse et le nom de votre blog ou de votre site personnel ainsi que votre nom ou pseudo, puis après accord des membres du site nous officialiserons votre adhésion.

Emmanuel Macron représente-il une chance pour les Harkis ?

Les Harkis avaient dû attendre 2012 pour que le président Sarkozy reconnaisse la « responsabilité » de la France dans « l'abandon », quelques jours avant sa défaite à l'élection présidentielle. En septembre 2016, le président Hollande avait formellement reconnu « les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis ».

De nombreuses questions interpellent les harkis qui attendront des réponses adaptées aux problèmes de leur quotidien. Emmanuel Macron peut-il « réconcilier les mémoires » de la guerre d’Algérie ?

*******************************************************

Veuillez trouver ci-après une pétition. Signez la pétition

Publié par Harkis.com

Nous avons été sollicités pour diffuser un article du site Harkis.Com sur la détention de Monsieur Mohamed Bellebou. Nous reproduisons cet article et nous diffusons ci-dessous l'intégralité de son texte.

 

Mohamed Bellebou détention

Soutien Harkis

Bonjour,

Je ne sais pas si vous êtes au courant mais il y a actuellement un fils d'Harki, Mohamed Bellebou, en détention à la maison d'arrêt de Foix, il passe en jugement le Vendredi 9 Avril à 11h. Nous apprécierions beaucoup que vous fassiez paraitre un article via votre site vous trouverez quelques informations sur le site suivant Harkis.com si vous avez des informations a demander je vous invite a nous contacter via notre mail.

Cordialement.

 

 

Le sénateur BEL : otage des Harkis !

AJIR-Pour-les-harkis.jpgUn article de la Dépêche nous informe de la prise en otage, sous la menace d’une bombe artisanale factice, du sénateur Jean-Pierre Bel (PS) par 4 enfants de Harkis dont 2 présidents d’association : Mohamed Bellebou et Yamina Saifi...

Toute attente a une limite... Cette limite serait-elle atteinte par les Harkis et leurs familles qui, à force d’attendre depuis bientôt 50 ans, en sont arrivés à désespérer de tout ?

A désespérer des politiques, dont la responsabilité est écrasante dans ce dossier, qui en font aujourd’hui l’amère expérience en la personne du sénateur Bel. Il est heureux que l’arme utilisée par les quatre contestataires ne fut pas réelle car sinon nous aurions pu connaître un regrettable drame humain.

A désespérer des institutions mises en place pour soulager cette population de ses souffrances et "accessoirement" résoudre les difficultés socio-économiques rencontrées. Demander la suppression de la MIR (Mission Interministérielle aux Rapatriés) ne résoudra pas pour autant les problèmes ni ne sera la solution pour résorber le chômage qui frappe cette catégorie de la population française. Tant qu’une volonté politique réelle et manifeste n’est pas affichée et surtout appliquée, la situation ne pourra guère évoluer !

A désespérer d’eux-même, enfin, car cette léthargie dans laquelle ils "vivotent" depuis 48 ans maintenant, mis à part quelques soubresauts sporadiques pour éviter que la marmite n’explose, constitue l’une des sources des problèmes que connaît cette population. Sans parler de l’émiettement de sa représentation, encouragé par tous les pouvoirs publics successifs, qui constitue un frein indéniable à la prise en compte des revendications légitimes qui s’expriment.

Les 4 protagonistes de cette triste affaire sont aujourd’hui aux mains de la police et de la justice et ils risquent une sanction sévère. L’expression de leur désarroi par ce moyen, violent au premier abord, ne doit pas, car la conjoncture s’y prête, leur valoir une sanction plus sévère que de raison. Nous avons vu récemment que des actes désespérés de violence ont été relaxés par la justice.

Les seuls responsables de cette situation sont les politiciens de toutes tendances et leur inconséquence notamment vis à vis de leurs promesses inconsidérées.

Aussi, même si nous n’encourageons pas ce type d’action, nous exprimons notre solidarité aux quatre personnes en garde à vue et nous demandons leur libération immédiate.

DERNIERE MINUTE :

Contrairement à ses habitudes, la justice fait preuve de zèle dans cette affaire puisque Mohamed Bellebou et ses compagnons seront jugés le 24 mars 2010 en comparution immédiate. Sous d’autres cieux on nommerai cela une "justice expéditive". Finalement, une fois encore, nous apprenons qu’il vaut mieux être ouvriers licenciés et saccager les services d’une sous-préfecture, ou encore paysans en colère et détruire les biens d’autrui et mieux encore écolo et saccager les champs de maïs ou les enseignes Mac Do en toute impunité (quasiment) que Harkis ou enfants de Harkis lorsque vous défendez vos droits ou mettez en avant vos revendications. Espérons toutefois que les juges se montreront indulgents et remettront en liberté celle et ceux qui n’ont pas d’autres moyens de se faire entendre...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guy 27/04/2010 16:23



Merci pour votre article très intéressant


Guy



Kader HAMICHE 06/04/2010 22:03



Quand la Justice juge rapidement quelqu'un qui a été pris en flagrant délit et qu'on a mis en détention provisoire, elle juge bien car c'est la meilleure chance qu'il ait de retrouver rapidement
la liberté.



dahbia 05/04/2010 20:29



Bonsoir,


Enfin des nouvelles de nos amis je me demandais ce qu’il en était advenu


 


J’aimerais avoir l’adresse de la prison où ils se trouvent avec leur numéro d’écrou pour leur écrire,  les aider à cantiner et les soutenir.


 


J’espère de tout cœur qu’un comité de soutien aura  été crée à cette occasion,  pour leur venir en aide et qu’il y aura beaucoup
de Harki et d’enfant de Harkis devant le palais de justice et à l’intérieur du tribunal,, ne pouvant pas m’y rendre (c’est à plus de mille km de cher moi) j’espère que tous les locaux seront
présents.





Aucun Harki ou enfant de Harki ne devant  être abandonné par sa communauté.