Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Charte du Site

Ce Blog est un lieu de discussion et de débat ouvert à tous.

En déposant des réactions sur les différents articles ou commentaires des autres internautes, chacun apporte sa pierre au débat citoyen. Vous pouvez proposer vos articles par le biais du mail :

harki45@gmail.com

Une fois validé par l’équipe Mon Harki.com, l'article sera mis en ligne dans la catégorie appropriée et le débat que vous souhaitez initier pourra commencer. Tout article publié sur le site demeure sous l'entière responsabilité de son auteur et ses prises de positions n'engagent que lui. Cette prise de position est publique.

Pour être publié, un article doit être signé et ne peut donc pas être anonyme. Garant de la bonne tenue du blog, le modérateur veille au respect des thèmes abordés et se réserve le cas échéant le droit de ne pas publier un article. Les propos doivent se tenir dans la courtoisie et le respect mutuel. Donc apprenez à participer et à partager, l’intérêt d’un blog n’est pas de simplement de le lire, il s’enrichit aussi des interventions de la communauté y compris de vous !

Aux amis, même si vous n’êtes pas sûrs de votre français, allez au-delà de vos appréhension… vous êtes les bienvenus chez nous. Pour conclure, ne reprochez pas au gestionnaire du blog, le comportement des participants. Ne reprochez pas aux rédacteurs du blog de ne pas répondre à vos questions, rien ne les y oblige. L’équipe vous remercie et vous souhaite bon débat.

Nos objectifs et nos actions : Faire connaître officiellement l’histoire des Harkis trop longtemps occultée et falsifiée. Faire reconnaître les conditions de l’arrivée en métropole des Harkis et leurs familles. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance officielle de la responsabilité du gouvernement de 1962. Obtenir de l’Etat français la reconnaissance morale de cette communauté sacrifiée et la réparation effective du préjudice subi

Pour devenir membre éditeur !

Vous avez un blog ou un site personnel. Vous êtes d'accord avec les objectifs du site Mon Harki.com et vous souhaitez participer à ses articles. Envoyez un mail en indiquant l'adresse et le nom de votre blog ou de votre site personnel ainsi que votre nom ou pseudo, puis après accord des membres du site nous officialiserons votre adhésion.

Les engagements du Président

" Si le peuple français m'accorde sa confiance, je m'engage à reconnaître publiquement les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des harkis, le massacre de ceux restés en Algérie et les conditions d'accueil des familles transférées dans des camps en France" La France a un nouveau président François Hollande.

De nombreuses questions interpellent les harkis qui attendront des réponses adaptées aux problèmes de leur quotidien. Je tiens aussi à dire que nous serons très attentifs à la concrétisation des engagements de François Hollande.

*******************************************************

Monsieur le Président de la République François Hollande veuillez tenir vos promesses envers les familles de harkis. Signez la pétition

Publié par M. Michel Henri DELENCLOS

 

Nous publions ci-après un extrait d'un texte d'un entretien condensé et biographies par M. Michel Henri DELENCLOS sur « BURON Robert et les Harkis !!! ». Ce texte nous été envoyé par M. DELENCLOS « Connaître les accords d’Evian : les textes, les interprétations et les conséquences »

 

BURON Robert et les Harkis !!!

 

Dans le numéro spécial du journal algérien «El Watan» intitulé «19 mars 1962. Les Accords d'Evian. Une belle et terrible apothéose», Nadjia Bouzeghrane -directrice de «El Watan» en Frances'entretient avec Martine Buron (1), fille de Robert Buron, un des négociateurs français à Evian (2).

 

A la question de N. Bouzeghrane «Qu'est-ce qui a fondé la conviction de M. R. Buron qu'il

fallait négocier avec le GPRA et le FLN l'indépendance de l'Algérie?»,

 

M. Buron précise:

 

«Mon père appartenait au Mouvement républicain populaire «MRP» chrétien-démocrate versant

chrétien social...Les départements algériens ne faisaient pas partie de son domaine de compétence,

mais il s'est trouvé en contact, y compris en France, avec des historiens, des intellectuels, des

militants politiques qui avaient des relations avec des indépendantistes algériens.

 

Il y avait aussi un militaire français, le lieutenant Rahmani, qui, ayant manifesté des opinions pour l'indépendance de l'Algérie, avait été mis en prison par sa hiérarchie militaire, il venait souvent à la maison.» (3). Puis, M. Buron rapporte les raisons du choix de De Gaulle pour son père, pour participer aux «pourparlers préalables» -du 10 au 19.02.1962, aux Rousses- et aux accords qui ont été signés à Evian, le 18.03.1962-; il s'agit selon elle, d'abord d'un article de son père, publié en 1958 dans «Témoignage chrétien», dans lequel il évoquait la poursuite du travail de décolonisation qui avait été commencé dans les pays africains.

 

Selon M. Buron, De Gaulle aurait apprécié cet article, confiant à R. Buron: «Je connais vos idées, cela me convient bien.». Ensuite, la seconde raison, M. Buron la commente: «...et je pense que le général De Gaulle, bien informé par certains membres de son cabinet ou de son entourage, s'est dit qu'il y en a un qui a des contacts un peu différents des autres et une vision qui pourrait être utile, Robert Buron.».

 

Nadjia Bouzeghrane pose cette question: «Y a-t-il eu des clauses secrètes aux Accords signés le

18.03.1962?». Ce à quoi, M. Buron répond: «Je n'en ai jamais entendu parler. Mon père n'en parle

pas dans ses mémoires, il ne m'en a jamais parlé. En tout cas, s'il y en a eu, il n'était pas au

courant. Les services de renseignements sont des appareils vraiment secrets et tous les membres

d'un gouvernement ne sont absolument pas au courant de ce que savent dans un domaine donné un

ou deux responsables politiques, pas plus.».

 

Poursuivant son entretien, N. Bouzeghrane interroge: «Votre père a-t-il eu le sentiments d'une mission accomplie? L'a-t-il exprimé?» . Selon M. Buron: «A la fin des Rousses, il avait vraiment le sentiment d'une mission accomplie, mais 15 jours plus tard, à Evian, au moment de la signature définitive, il était plein d'inquiétude...Par ce que faisait l'OAS, parce qu'il y avait des attentats. Le cessez-le-feu était l'objectif premier, mais cela ne réglait pas tout. La situation n'était pas pacifiée. C'était à la mi-mars.

 

Un mois et demi après, dans le cadre de la transition, mon père est allé en Algérie en tant que ministre des Transports pour discuter de l'organisation transitoire concernant son département, et à l'aéroport d'Alger il a vu tous les pieds-noirs qui commençaient à partir. Ce qui est frappant, et là c'est une réflexion a posteriori, en relisant quelques années après les notes qu'avait prises mon père, il n'avait jamais été question des harkis. Mon père n'en a jamais parlé.».

 

La directrice de «El Watan» demande: «Que pensez-vous des Accords d'Evian et de leur

application?». - «Les Accords ont été un acte nécessaire mais insuffisant. Des accords concluant

un conflit marquent une étape, mais après,chacun évolue de son côté. Ce qui est profondément

désolant et qui désolait mon père, après, c'est que les relations entre les deux pays n'aient pas pu

être établies sur des bases plus apaisées et plus coopératives.

 

Mon père a été nommé, en 1963, président du Centre de développement de l'OCDE, et à ce titre, il est retourné en Algérie où il a eu des discussions avec des responsables à qui il avait dit: «Méfiez-vous, vous vous lancez dans une industrialisation forcée, alors que la richesse de l'Algérie et ses bases c'est l'agriculture. Ne laissez pas tomber l'agriculture qui permettrait un développement territorial harmonisé.».

 

(1) Martine Buron. (12.01.1944/) née à Neuilly-sur-Seine. Fille de Robert Buron. Ancienne

députée européenne. Maire de Châteaubriant (Loire-Atlantique). Le 17.03.2012, elle est

présente au colloque qui se déroule à Evian et côtoiera Alain Ruscio, Gilbert Meynier, Gilles

Manceron, Christiane Chaulet-Achour, Michel Wilson, président régional de «Coup de soleil», etc.

sans oublier la «FNACA» venue participer à la cérémonie commémorative du 19 mars...

(2) Robert Buron. (27.02.1910-28.04.1973). Inaugurant l'aéroport de La Sénia, près d'Oran, il

déclare: «Si nous avons investi des milliards pour la réalisation de cette oeuvre magnifique,

c'est pour démontrer que la France est décidée à rester ici et pour longtemps.». Le soir du

18.03.1962, après la signature à Evian des «accords», il note sur son carnet: «Ma signature figure

au bas d'un bien étrange document...». Commentant ce qui se passe dans le bled en Algérie, il

laisse tomber: «Le passades Huns!». (L'Aurore» du 17.05.1962). Il deviendra membre de

l'association «France-Algérie», créée le 20.06.1963. Alors maire de Laval, il favorisera

l'implantation d'une mosquée et, son épouse qui lui succédera, la fera bénéficier de son aide

bienveillante. A ses obsèques, le 04.05.1973, une délégation de l'ambassade d'Algérie viendra se

recueillir avec une gerbe de fleurs.

(3) Abdelkader Rahmani (1923/) né au cap Aokas (Algérie française). Lieutenant de l'armée

française. En 02/1957, avec 51 officiers algériens de l'armée française, il avait adressé une

supplique au président de la République, René Coty, réclamant de «la politique française qu'elle se

dirige vers une solution équitable...». Il sera libéré de la prison de Fresnes par De Gaulle, le

29.09.1958, puis, le 04.02.1959, il est mis en position de non-activité pour avoir exposé ses

«troubles de conscience.». Il sera par la suite, plusieurs fois condamné à mort par A. Ben Bella et

H. Boumediene. Il vit actuellement en Indre-et-Loire.

Commenter cet article

toto 30/04/2012 23:00


Bonsoir à tous et toutes ,


Des tombes de Harkis ta-guées à Nce.


Dans ce monde si bas ,et sans scrupule ,on s'attaque même aux morts qui n'aspirent que au repos éternel dans la paix.


Ces actes monstrueux sont le résultat de la stigmatisation des Français de sensibilité musulmane par un certain nombre de partis politiques Français.


Ces hommes politiques qui divisent les Français en s'amusant leurs faire peurs. Ils jouent aux apprentis sorciers en instrumenta lisant ces maux de société que sont le chômage ,la précarité
,l'insécurité, le mal vivre des Français .


Ils seront jugés responsables de tous ces actes racistes et odieux , qui pourraient porter atteinte à la cohésion et à l'unité de la nation.


Le climat déplorable entretenu dans ce débat de l'élection Présidentielle ,ou les musulmans sont désignés comme les responsables de la crise économique et sociale que vit la France et l'Europe a
conduit à ces actes odieux.


Ceux qui commettent de tels actes envers des morts  ,sont des monstres .


La justice se doit de leurs appliquer des peines d'une sévérité exemplaire.


Maintenant à chacun d'entre nous de faire sa propre analyse et d'assumer sa responsabilité le 06 mai 2012


 


 

César à César 29/04/2012 14:08


Mes salutations à toutes et à tous. Sans parler la langue de bois, je m'étonne des réactions de certains et en l'occurence celles et ceux qui sont encartés politiquement. Il est nécessaire de
s'impliquer en politique mais lorsqu'on a des convictions et des compétences. Donc, je m'étonne des discours de certains qui sont très limités dans l'espace politique. En dehors du problème
harki, savent-il faire autres choses, quans l'un dit qu'il n'est pas un harki mais il ferait tout pour gratter un poste sur le dos de nos parents. Ou est l'honneur quand on refute d'être un harki
mais que lorsqu'il s'agit de manger la gamelle du harki on ne dit pas non, je vous laisse seul juge. D'autres, après que leurs enfants soient dans l'organigramme de l'ump, et qu'ils soient nommés
au CES à 3000 euros brutes, non part leurs compétences et à lire le discours de M. Sarkozy sur la morale concernant l'égalité des chances elle se résoud à prendre sa carte à l'UMP ou graviter
autour de la MIR par l'intermédiare de M. Bachy pour être nommé, ou obtenir une petite médaille. Non, il ne faut pas être jaloux de cela, tant mieux pour eux mais n'oublié pas les vraies harkis,
la génération du feux, ceux qui ont cotoyés les les calles des bateaux, les camps depuis 1962-63....ne les oubliés pas... Aussi, aux harkis encartés à gauche, au centre et ailleurs, ne faites pas
la même erreur que les autres, le drâme harki est un problème d'état et non une équation qui ne peut être un formule d'intérêt personnelle. A vos reflexions...

Bélka 26/04/2012 20:48


Bonsoir à tous et toutes ,


Aux urnes Citoyens ,


Être citoyen pour voter ou voter pour Être citoyen .


Au Etats Unis , et en  Europe ou est né le mode de gestion des affaires qui domine le monde , la famille ,puis l'école inculquent un modèle d'éducation qui permet la formation du citoyen de
demain capable de s'intégrer dans la sphère socio économique et politique de son pays ou des pays qui partageraient  l'imaginaire la culture et le système de gestion.


D'ailleurs depuis que les enfants issus de familles d'origines étrangères sont arrivés à l'âge adultes ,les problèmes d'intégrations sont apparus pour des raisons d'échecs scolaires ,de
discrimination certe ,mais surtout parce que le travail de complémentarité qui est sensé être accompli conjointement par la famille et l'école  n'est pas réalisé et il en résulte des
troubles de toutes sortes .Les exemples ne manquent guère (problèmes racisme , l'identitaire ,le religieux  ,incivismes, ce qui a conduit à un échec de l' intégration des Français d'origines
étrangères.


 

Amine 25/04/2012 23:32


Bonsoir à tous ,


L'alternance est utile et nécessaire en démocratie.


Le monopole de l'exercice du pouvoir par un seul parti durant plusieur années conduit à une démobilisation de la société toute entiere .


Le bilan du quinquennat du Sarkozisme est sévére .


Une dette qui a augmenté en 5 ans de 600 milliards d'euros.


Des suppressions de postes dans l'éducation nationale


La ferméture de certains tribunaux ,mais aussi de casernes militaires .


Une désindustrialisation de la France ,tous les secteurs économiques sont touchés , avec une explosion du nombres de demandeurs d'emplois que monsieur Nicolas SARKOZY rend responsables de la
perte de leur travail.


Monsieur SARKOZY , qui vante en permanence l'effort individuel , la valeur travail ,je lui demande simplement de me définir  la vrai valeur d'un travail .Dans le système capitaliste
actuel ,celle-ci n'a pas de limite .


Durant son mandat ,il a commis plusieurs erreurs de comportements (dérapages verbaux) ,il était arrogant et parfois agressive .


Il a fait quelques réformes ,sans effets dont les victimes principales sont les couches moyennes et populaires .


Il n'a pas touché aux régimes spéciaux ,comme ceux des sénateurs et des députés.


On le constate  nous les Harkis autour de nous ,Monsieur Monsieur SARKOZY les nantis il leur remplit les poches ,et les pauvres il leur vide .


Il vient de nommer deux HARKIS au conseil économique et sociale avec une rémunération de 25000 euros par mois,alors qu'il nous dit que les caisses de l'état sont vides .


Moi je crois ,que la France a besoin d'un changement.









hassen chébili 25/04/2012 16:31


Il faut quand même reconnaître que l'Onu a poussé la France vers cette indépendance. Se débarasser du problème algérien qui dérangeait les conservateurs occidentalistes d'intégration d'un partie
africaine musulmane. Les proches conservateurs vaticanistes de de Gaulle ont conseillé de se débarasser de l'Algérie. Avec une démographie qui aurait explosé les chiffres de la Métropole et ainsi
déstabiliser la vieille Europe. De Gaulle était un visionnaire et a bien vu le problème venir. Donner la nationalité à tous les algériens devenant ainsi français pesant un poids important
dans l'électorat. Les Harkis ont été les sacrifiés de cette Histoire actant l'hypocrisie gaulliste. On connaît l'histoire des marionnettes dans ces pseu-accords d'Evian, à la place de l'eau de
source... le sang des Harkis.


 


 


http://hassen.chebili.over-blog.com/